SOIREE DE GALA DU 19 DECEMBRE 2019 – DISCOURS BILAN DE ME CHARLES TCHUENTE, PRESIDENT DE L’ACAA

Mesdames, Messieurs,

Chers confrères et invités,

En ma qualité de Président de l’Association Camerounaise des Avocats d’Affaires (ACAA), je vous souhaite la bienvenue à cette soirée de Gala qui est surtout l’occasion de faire le bilan des activités de notre association au titre de l’année 2019.

Puisqu’il s’agit d’une œuvre collective, je me fais le devoir d’appeler à mes côtés les membres du Bureau exécutif élus au cours de l’Assemblée Générale de l’ACAA du 10 octobre 2018 et qui m’ont accompagné tout au long de cet exercice 2019, à savoir :

  • Me Francine NYOBE, Vice-Présidente de l’ACAA
  • Me Gilbert BONGAM, Secrétaire exécutif de l’ACAA
  • Me Jean TANKEU, Secrétaire scientifique de l’ACAA
  • Me Gertrude NKULE, Trésorière de l’ACAA
  • Me Marie Noëlle TOBAK, Chargée des relations publiques
  • Me Honorine TEUMEN, Commissaire aux comptes
  • Me Paul NGUENA, Conseiller spécial du Président

Quel est le bilan de ce bureau exécutif qui a pris fonction dès le 02 janvier 2019 ?

Faire un bilan revient à mon sens à rappeler d’une part quels étaient mes missions et objectifs assignés au bureau, et d’autre part quels sont les outils mis en œuvre par le bureau exécutif pour la réalisation des objectifs qui lui ont été assignés par l’Association.

S’agissant tout d’abord des missions de l’association portées par le bureau, nous pouvons statutairement les résumer en quatre points principaux :

  • Rapprocher les avocats d’affaires des milieux d’affaires nationaux, c’est-à-dire les PME et PMI camerounaises ;
  • Rapprocher les avocats d’affaires des milieux d’affaires internationaux, c’est-à-dire des multinationales et sociétés étrangères désireuses de s’installer au Cameroun ;
  • Rapprocher les avocats d’affaires des milieux institutionnels publics et privés ;
  • Enfin et surtout, renforcer les capacités techniques des avocats d’affaires par des formations continues et l’exploration des nouveaux marchés du droit des affaires.

Pour atteindre ces objectifs, le Bureau exécutif a mis sur pied deux instruments essentiels, à savoir les dîners-débats et les soirées d’échanges et de partage d’expérience interprofessionnelle.

C’est ainsi que notre association a organisé quatre dîners-débats au cours de l’année 2019, soit un par trimestre tel qu’il avait été annoncé dans le programme d’activité présenté en début d’année par le Bureau exécutif.

Le premier dîner-débat s’est tenu le 30 janvier 2019 et portait sur la loi des finances 2019 avec comme invité spécial Monsieur le Président du GICAM, en la personne de Monsieur Célestin TAWAMBA qui était entouré à l’occasion des meilleurs spécialistes en matière de finances et fiscalité.

Le deuxième diner-débat a eu lieu le 07 mars 2019 à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme et portait partant sur l’entreprenariat féminin avec des échanges avocats et femmes chefs d’entreprises.

Ainsi que vous pouvez le constater, ces deux premiers dîners-débats tendaient à l’atteinte du premier objectif de notre association telle que je l’ai mentionné plus haut, à savoir « rapprocher les avocats d’affaires des milieux d’affaires nationaux » dans le but d’améliorer le climat des affaires, l’idée étant de convaincre chaque chef d’entreprise de se faire accompagner par un avocat d’affaires dans l’exercice quotidien de ses activités.

Je tiens à cet égard à saluer la démarche du GICAM et de son Président qui associent désormais notre association à tous les échanges économiques organisés par ce groupement patronal, notamment lors des discussions avec Monsieur le Ministre des Finances sur la loi des finances 2020 qui vient d’être adoptée par l’Assemblée Nationale ;

Ce rapprochement s’est également illustré par l’invitation de notre association au dernier débat patronal du GICAM ainsi qu’à la réforme du Centre d’arbitrage et des Médiations du GICAM présidée par notre consœur et membre d’honneur Maître Marie Andrée NGWE.

Pour en revenir à nos dîners-débats, un troisième a été organisé le 29 mai 2019 et portait sur la propriété intellectuelle avec la présence très remarquée de Monsieur le Directeur Général de l’OAPI avec qui nous avons échangé sur ce domaine du droit malheureusement peu exploré par les avocats et qui constitue pourtant un important vivier que nous nous devons de conquérir.

Cela est d’autant plus vrai que la présence des Avocats d’affaires dans le panel a permis de démontrer qu’il s’agit d’un sujet parfaitement maîtrisé par bon nombre de nos confrères et que nous devons tout simplement promouvoir auprès des autres et de notre clientèle, ce afin d’élargir notre marché tel que nous l’a suggéré à juste titre Monsieur le Directeur Général de l’OAPI avec lequel nous envisageons d’autres rencontres au cours de l’année 2020.

Ce troisième dîner-débat marquait de manière formelle, le rapprochement de notre association des milieux institutionnels privés et publics, étant à souligner sur le plan des institutions publiques nationales, les nombreuses discussions que nous avons eues avec les Autorités du Port Autonome de Douala dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle grille tarifaire du domaine portuaire et je tiens également à remercier à cet égard Monsieur le Directeur Général du PAD d’avoir pris en compte certaines observations des avocats d’affaires même si plusieurs autres points de la réforme continuent d’être discutés.

La démarche de notre association vers les institutions a naturellement commencé par le Barreau du Cameroun qui est notre maison commune, le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats étant statutairement  « Président Honoraire » de l’ACAA, de même que tous les anciens Bâtonniers qui ont expressément accepté, à l’instar du Bâtonnier Patrice MONTHE sont d’office « membres honoraires » de notre Association.

A cet égard, notre Association entend poursuivre ses démarches auprès du Barreau pour que le débat économique soit ramené au cœur de l’activité de l’ « Avocat » qui s’est illustré ces dernières années avec brio dans la défense des droits humains et l’édification d’un Etat de droit.

Pour en finir avec les dîners-débats, le quatrième et dernier s’est tenu le 30 octobre 2019 et était consacré au financement des investissements au Cameroun.

Ce dernier dîner-débat de l’année tendait à rapprocher les Avocats d’affaires des milieux d’affaires internationaux, d’où la présence dans la salle de plusieurs Patrons de multinationales auxquels les Avocats d’affaires ont présenté leur savoir-faire en matière d’accompagnement de toute sorte d’investissement.

La finalité de ce rapprochement avec les milieux d’affaires internationaux est de convaincre les multinationales dont certains représentants sont encore présents ce soir, de ce qu’elles peuvent faire confiance aux Avocats d’affaires camerounais et qu’il n’est pas nécessaire pour elles de solliciter systématiquement des cabinets dits « internationaux » pour des consultations portant pourtant sur des questions de droit local naturellement mieux cernées par les Avocats locaux.

Ceci dit, nous sommes pleinement conscients que pour être véritablement compétitif sur le plan international, l’Avocat d’affaires doit en permanence améliorer ses capacités techniques.

C’est la raison pour laquelle au-delà de quatre dîners-débats que nous avons organisés au cours de l’année 2019, nous avons mis sur pied ce que nous avons appelé les soirées d’échanges et de partage d’expérience interprofessionnelle regroupant tous les professionnels du droit, à savoir les Avocats d’affaires, les Notaires, Huissiers, Universitaires et Juristes d’entreprises, pour échanger sur tous les aspects du droit en guise de formation continue.

Compte tenu de l’agenda généralement chargé des panélistes de haut niveau, nous avons organisé une seule soirée d’échanges tenue le 05 septembre 2019 à la salle de conférence de l’ACAA et le programme 2020 qui vous sera déroulé tout à l’heure met l’accent sur ces rencontres intellectuelles et pratiques.

Tel est le bilan de nos activités au titre de l’année 2019.

Je me suis volontairement abstenu de vous présenter un bilan financier de notre association puisque de manière exceptionnelle, tous nos évènements organisés au cours de l’année 2019 y compris cette soirée de gala ont été intégralement pris en charge par nos sponsors de sorte que notre association qui tire sa principale ressource des cotisations de ses membres n’a exposé aucun fonds propre au cours de l’année 2019.

Même si le programme prévoit que les sponsors soient individuellement cités et remerciés, je tiens dès à présent à leur renouveler notre gratitude pour leur disponibilité à accompagner notre jeune association.

Je passe par conséquent la parole à Me Francine NYOBE pour la suite du programme.

Merci pour votre attention.

 

Les avocats d’affaires à l’heure du bilan 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *