Pourquoi une Association d’Avocats d’Affaires exerçant au Cameroun ?

La diversification de l’offre sur le marché juridique et judiciaire ainsi que la compétition qu’elle génère obligent l’avocat d’aujourd’hui à se spécialiser dans des domaines de plus en plus pointus allant du droit de l‘environnement à celui des nouvelles technologies, en passant par le droit du sport, ceux de la communication, des mines, du gaz, du pétrole, de l’aéronautique, de la bourse, etc…

Parallèlement à cette inflation des domaines du droit et l’internationalisation de sa pratique, l’on a vu se développer ces dernières années avec un réel succès, l’harmonisation du droit des affaires avec l’application des actes uniformes OHADA par 17 pays de l’Afrique subsaharienne où les praticiens du droit ont simultanément embrassé les modes alternatifs de règlement des conflits que sont l’arbitrage et la médiation.

Cette mutation de l’univers juridique et judiciaire a naturellement engendré une croissance plus ou moins contrôlée du nombre des avocats en Afrique et particulièrement au Cameroun, ne permettant pas toujours aux différents Barreaux d’assurer en même temps leur mission ordinale et le suivi de l’activité capitale de la spécialisation de leurs membres, lesquels sont souvent animés par des aspirations et intérêts divergents, les attentes d’un avocat pénaliste n’étant pas toujours les mêmes que celles d’un publiciste ou d’un avocat d’affaires.

L’intérêt de notre association est dès lors de rassembler les avocats et avocats stagiaires dont l’activité professionnelle est principalement portée sur le droit des affaires afin d’échanger sur les sujets spécifiques liés à l’exercice de notre profession au regard de l’accompagnement juridique de toutes les formes d’investissements au Cameroun, ce dans l’optique de l’amélioration et la sécurisation du climat des affaires.

A cet égard et au-delà des missions de l’association telles que spécifiées dans le projet de statuts qui sera débattu à l’assemblée générale constitutive le 10 octobre 2018, le but ultime de l’ACAA est de mettre l’avocat d’affaires camerounais au même niveau de compétence et de confiance que ceux des cabinets dits « internationaux » systématiquement sollicités par certains investisseurs au détriment des professionnels locaux, parfois victimes des préjugés défavorables que nous devons impérativement lever.

J’invite par conséquent tous les confrères qui partagent cet idéal d’exigence et de compétence dans la pratique du droit des affaires, à nous rejoindre pour l’assemblée générale constitutive de l’Association Camerounaise des Avocats d’Affaires (ACAA) fixée au 10 octobre 2018 au cabinet CT-AVOCATS à Bonanjo de 16h à 19h 30.

Dans l’intervalle, toute personne intéressée peut d’ores et déjà apporter son avis ou suggestions relativement au projet de statuts téléchargeable sur ce site.

Votre bien dévoué.

Me Charles TCHUENTE
Président du Comité d’Organisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *